Ce qu’il n’est pas, tome 1 – Bingo Morihashi

Avant toutes choses je veux remercier les éditions Akata pour leur confiance et pour m’avoir confié leur livre. Je n’ai découvert que très récemment cette maison d’édition, mais j’en suis immédiatement tombée sous le charme, grâce à leur collection « Young Novel », composée de livres jeunesse japonais. Les résumés des titres sortis m’ont tout de suite attirée, et c’est une maison d’éditions que je vais suivre de très près…

Le Japon est un pays qui m’intéresse beaucoup, depuis de nombreuses années, même si je n’y ai jamais mis les pieds. Je ne le connais qu’au travers des œuvres que je lis (mangas, romans) ou que je vois (films, anime…). J’ai toujours cette vision, peut-être erronée, d’un pays traditionnel, peut-être un peu vieillot et un peu fermé sur certains sujets, comme les personnes transgenres par exemple. J’ai tendance à imaginer que ce doit être assez mal vu et encore plus difficile à vivre pour ces personnes que chez nous, un pays disons plus « moderne », alors qu’ils en bavent déjà pas mal ici au quotidien… Du coup ce roman m’a vraiment attirée et j’avais très envie de le découvrir.

Aime-t-on quelqu’un pour son corps ? Ou pour son âme ?

Bonne question. On a tous envie de répondre pour son âme, mais qui peut dire que le physique n’a aucune importance ? Et comment réagiriez-vous si votre petit(e) ami(e) vous annonçait finalement être né(e) dans un corps différent ? Dès la première page ce roman m’a fait me poser beaucoup de questions. Et il le fera tout au long du récit. Cette histoire questionne, nous fait douter, remettre en cause nos certitudes et nos idées reçues, et envoie valser toutes ces cases et tous ces mots que l’être humain adore poser sur ses congénères. Je me considère comme une personne ouverte d’esprit et tolérante, je ne juge pas les gens sur leur couleur de peau, leur sexualité ou toutes autres choses dans le genre, mais je n’ai jamais rencontré de personne transgenre (ou alors je ne l’ai jamais su), et je me sens un peu ignorante sur certaines choses. Par exemple, une question bête peut-être pour certains, doit-on dire « un homme transgenre » pour une personne devenue homme, ou pour une personne née dans un corps d’homme… Je n’en sais rien, et pour une fois Google se révèle totalement inutile pour me répondre. Ce qu’il n’est pas nous questionne tous, à différents niveaux, et mets en lumière tout ce que nous ignorons encore à propos de certains de nos frères et sœurs, mais tout en douceur et en bienveillance.

Dans cette histoire nous suivons Shirô, un jeune lycéen qui va se retrouver en colocation avec Mirai, un jeune homme transgenre (peut-être que je fais erreur sur l’expression, mais pour éclaircir les choses, c’est ici un homme né dans le corps d’une femme), qui met tout de suite Shirô au courant de sa situation particulière. Toute l’histoire se déroule du point de vue de Shirô, et j’ai trouvé ça très intéressant, car cela nous offre un regard extérieur, un regard qui pourrait tout à fait être le nôtre. Au départ Shirô se pose beaucoup de questions sur Mirai mais semble éloigné de la situation, non concerné, et parfois insensible vis à vis de ses problèmes et de ses difficultés. En fait il ne sait pas comment réagir, et ce serait sûrement le cas pour nombre d’entre nous dans une situation comme celle-là. Il est assez difficile pour Shirô de considérer Mirai comme un garçon. Il pense à son corps féminin, aux relations intimes bien compliquées que Mirai pourrait entretenir un jour avec une autre femme… Moi-même au début de ma lecture je voyais Mirai comme un personnage féminin. Je ne faisais pas exprès, c’est la vision qu’en avait fait mon cerveau. J’ai du me forcer un peu pour le considérer comme un personnage masculin avant que cela ne devienne évident pour le reste de ma lecture. Ma vision de Mirai a évoluée avec celle qu’en a Shirô. Petit à petit ils développent une amitié, et si la féminité non désirée de Mirai refait parfois surface, Shirô semble pouvoir en faire abstraction plus facilement et apprend à connaître le vrai Mirai. C’est une très belle histoire, loin des clichés et des préjugés.

Ce qu’il n’est pas et une petite merveille que j’ai dévorée en deux jours. Si je n’avais pas du aller travailler et répondre à certains de mes besoins vitaux, comme me nourrir ou dormir, je l’aurais terminé dans la nuit :). Je me suis laissée complètement emporter par le style et la plume, fluides et immersifs, et j’ai fait défiler les pages très vite. L’histoire est très intéressante, et j’ai aimé qu’elle se déroule au Japon. J’aime cette ambiance japonaise que j’ai pu ressentir à ma lecture, grâce à certains détails typiques, et j’ai voyagé très loin.

Les deux personnages vraiment développés sont Mirai et Shirô, et je les ai beaucoup aimé tous les deux. Shirô est adorable, on dirait un enfant qui découvre la vie, et c’est un peu ça en fait puisque ce nouveau lycée lui ouvre les portes d’une nouvelle liberté. Il est timide, un peu naïf… tout l’opposé de Mirai. Au départ je ne l’appréciait pas vraiment, trop sûr de lui, un peu hautain, parfois désagréable, mais j’ai appris à l’apprécier, et à rire de ses réflexions un peu brusques et de ses reproches. Ils sont très attachants tous les deux, dans des styles très différents, et c’était agréable de voir leur relation évoluer. La fin de ce tome est en demi-teinte, assez positive pour l’un des deux, et plutôt triste pour le second. J’ai hâte de voir ce que nous réserve le tome suivant. J’ai appris hier qu’il y en aurait six, et j’en suis très contente car cet univers mérite d’être développé.

EN BREF : Ce livre nous raconte une histoire atypique dans un pays que j’affectionne: le Japon. Il nous questionne, remet en cause nos préjugés, nos certitudes sur l’être humain, tout en douceur et bienveillance. C’est une merveille de tolérance que j’ai adoré lire. Les personnages sont très attachants et nous livrent de jolis messages sur l’acceptation, de soi et des autres. C’est une oeuvre originale que j’ai dévorée et que je conseille à tout le monde. J’attends la suite avec impatience.

Ce qu'il n'est pas.jpg Fiche Livraddict.

PS : Pour ceux que ça intéresse, l’auteur a aussi écrit un manga en 2 tomes, sur le même thème, Celle que je suis, et je pense m’y intéresser assez prochainement pour ma part :D.

5 réflexions sur “Ce qu’il n’est pas, tome 1 – Bingo Morihashi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s