Lyon des cendres, tome 1 : Le serment du corbeau – H. Laymore

Pour commencer je voudrais remercier les éditions l’Alchimiste pour leur confiance et pour m’avoir partager ce livre, que j’ai eu le droit de choisir parmi leur catalogue numérique :D.

Lyon des cendres est un livre comme je n’ai pas l’habitude d’en lire, et qui m’a laissé un peu perplexe. Il y a pas mal d’éléments que j’ai appréciés, et que j’ai trouvés originaux, mais certains choix dans le style et la rédaction m’ont sortie du récit.

Ce livre est un premier tome, et rempli bien son rôle. Il met en place tout le contexte historique de l’intrigue, il nous présente les personnages, leurs liens entre eux, et les différentes histoires que nous allons suivre. Il pose les bases pour le tome suivant. J’ai trouvé du coup qu’il ne se passait finalement pas grand chose dans ce tome, mais c’est sûrement à cause des raisons que je viens d’évoquer, et je pense que le tome suivant, affranchi de ces nécessités, décollera et offrira une belle intrigue. Car Lyon des cendres est un roman très original, qui fourmille d’excellentes idées.

J’ai adoré l’ambiance qui se dégage du roman, et ce dès la première page. C’est sombre, terrible car dans un contexte historique sanglant, mystérieux et très attirant. Il y a beaucoup de bons éléments. J’ai eu un coup de cœur pour deux idées : les Hussards de la Mort, et la Symphomancie. Les Hussards de la Mort, ces soldats libres et sans pitié, accompagnés de leurs Cauchemars, des chevaux mystérieux, qui parlent et se nourrissent de viande (morte ou non)… L’idée est excellente et j’ai adoré Laurent dès qu’il est apparu dans l’historie. Caracalla est très intriguant et j’aimerais en apprendre plus sur les Cauchemars. La Symphomancie est une sorte de magie qui utilise la musique et les mélodies, notamment pour contrôler les animaux et les personnes. L’idée me plaît beaucoup, je trouve ça original, malin, différent, une très bonne idée qui m’a charmée. Ce sont les éléments que j’ai préféré, mais le roman regorge d’autres bonnes idées inventives, comme Lucius, ce corbeau qui parle et qui reste enveloppé de mystère, l’accès aux Limbes, les Alchimistes, les convulstionnaires etc.

Mais malgré ces bonnes idées, Lyon des cendres est un peu une déception pour moi. Déjà parce que comme je l’ai dit, même si c’est un tome un, j’ai l’impression qu’il s’est passé peu de choses finalement. C’est important de poser correctement les bases d’une série littéraire, mais j’aime quand il y a une intrigue propre au livre, même si c’est un premier tome. Mais ce n’est que mon avis, et ça n’en dérangera pas certains. Ensuite, et là encore c’est une question de goûts, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de trop de descriptions. A chaque début de chapitre l’auteur nous décrit un quartier, une rue ou un bâtiment important de Lyon. Je ne connais pas cette ville, peut-être que le contraire aurait changé mon avis, mais j’ai trouvé ça ennuyeux de lire tout ça. L’église machin, qui se trouve face à la colline truc, non loin du pont bidule, rue machine menait à l’avenue chouette… Bon, ça va cinq minutes, mais à chaque chapitre, je n’ai pas tenu le rythme. J’ai fini par ne plus lire les premières pages de chapitres, et à sauter certains passages. Mais ce n’est qu’une question de goûts, et vu les autres avis sur le livre, il y a beaucoup de lecteurs que ça n’a pas dérangés. C’est juste mon avis personnel. Toutes ces descriptions m’ont perdue, parfois agacée, et un peu démoralisée, et je pense que je me suis lassée de ce roman, et que je m’en suis fait une idée plutôt négative à cause de cela. Je ne me suis pas accrochée, et j’ai lu sans trop de conviction la suite. Je pense avoir survolé les deux derniers tiers du roman, ce qui m’a perdue encore plus. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de personnages, importants ou non, et que les liens entre eux, ou leur utilité, tardaient à venir. Je me suis vraiment perdue. Aux 3/4 du livre je ne me souvenais plus qui était Fouché par exemple, ce qui n’aide pas à suivre l’histoire quand on parle de lui tout un chapitre…

Vous l’aurez compris Lyon des Cendres et moi n’étions pas compatibles, je n’ai pas lu l’épilogue, tant j’avais hâte de terminer ma lecture. C’est quand même un gros livre, de 500 pages, et je pense que je l’aurais plus apprécié en format papier. Je n’aime pas énormément lire en numérique, j’essaie d’habitude de ne pas dépasser les 300 pages dans ce format, et si je l’avais eu entre mes mains en format broché, je pense que ça  ce serait déjà mieux passé. Ensuite je ne suis pas fan de romans historiques, si ce n’est pas votre cas vous allez également plus apprécier Lyon des Cendres que moi. Je pense sincèrement que c’est un bon roman, j’ai adoré les idées mises en avant, et j’avais envie d’en apprendre davantage sur son univers, ses personnages, je voulais qu’il se passe plus de choses, c’est que l’idée de l’histoire est bonne. C’est plus le rythme et le style de l’écriture qui ne m’a pas convaincue.

EN BREF : Lyon des Cendres est un premier tome qui fait bien son travail et pose tranquillement toutes les bases de l’univers. Il y a énormément de bonnes idées, originales et différentes dans ce roman, que j’ai beaucoup appréciées. Le style historique et la plume détaillée et descriptive de l’auteur ne m’ont par contre pas convaincue, mais les amateurs du style seront certainement ravis.

Lyon des cendres Fiche Livraddict.

Une réflexion sur “Lyon des cendres, tome 1 : Le serment du corbeau – H. Laymore

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s