La fille qui danse – Lisa Soto

Si on ne le sait pas on ne le sait plus : j’aime énormément les éditions Noir d’Absinthe. Leur catalogue est de qualité, et chaque livre que j’ai eu la chance de lire était une merveille. Ils sélectionnent avec soin leurs auteurs et les œuvres qu’ils nous proposent, et c’est devenu pour moi une valeur sûre. Quand ils m’ont proposé de lire leur nouveauté La fille qui danse, j’ai accepté sans hésiter.

Je ne connaissais pas Lisa Soto, mais je peux d’ores et déjà dire que je lirai ses deux précédents romans. J’ai adoré son style. Sa plume est très jolie, très poétique et toute en douceur. On se laisse très rapidement happer par ses mots et on la rejoint dès les premières pages. Les phrases sont souvent courtes, simples et directes. Elles sont efficaces et me sont allées droit au cœur. J’ai dévoré ce roman en deux jours. Je ne pouvais pas faire autrement. J’avais besoin de lire la suite. Il fallait que je le termine. Les émotions ressenties étaient si fortes que je ne pouvais pas les laisser en suspens trop longtemps. Pendant ces deux jours ma seule activité de loisir a été ce livre. Heureusement que je suis en congés, je l’aurais mal vécu sinon xD.

Asa, l’héroïne de cette belle histoire, est un personnage merveilleux, et je l’ai aimée avant d’atteindre les 5% du livre (oui j’ai regardé u_u). C’est une très jolie personne, hypersensible, tournée vers les autres, vers la nature, gentille, compréhensive, mais aussi blessée. J’ai eu un coup de foudre pour elle, et je voulais absolument savoir ce qui allait lui arriver. Elle est solaire, combative, et on ne peut que l’aimer, elle, et son histoire avec Marec. Voilà un personnage que j’ai beaucoup aimé aussi. Je n’ai pas une grande expérience dans les romances, cela fait assez peu de temps que je me laisse séduire par ce genre et que j’essaie de faire tomber mes clichés à son sujet, mais je dois bien avouer que souvent dans mes lectures romantiques les personnages masculins sortent d’un seul et même moule. Ils sont sombres, voir carrément ténébreux, un peu rebelles ce genre de choses. Marec est très différent, et ça fait du bien. Il est calme, posé, intelligent, gentil et doux. Je l’ai tellement aimé lui aussi, dès sa rencontre avec Asa ! Ce sont deux personnages très travaillés et cohérents, attendrissants et tellement beaux. C’était une vraie bouffée d’air frais de les suivre durant toutes ces pages… Et leur histoire ! C’est l’une des plus belles histoires d’amour que j’ai pu voir, lire ou écouter. Tout comme leurs histoires d’amitié en fait. Ce livre est une pure merveille à lire. Tous les personnages sont plein de qualités, avec leurs failles et leurs défauts, ils sont juste beaux. On s’attache à tout le monde c’est magnifique à lire, sans que jamais le ton ne devienne mielleux ou naïf à souhait. C’est un livre plein d’espoir qui montre chaque personnage sous son meilleur angle, souvent à travers le filtre bienveillant d’Asa. J’ai tellement aimé ces personnages qu’à chaque chapitre une partie de moi avait peur d’y découvrir un drame qui en arracherait un définitivement à l’histoire. Et pourtant j’adore les drames… Sam est un super personnage, rempli d’amour, tourné vers les autres. Et Stéphane et Anna ! Je sais qu’ils sont secondaires mais il y a tellement de beauté également dans leur histoire… La fille qui danse est définitivement un livre doudou, un livre feel-good qui fait du bien.

La romance est le thème principal de ce livre, mais Lisa abordent bien d’autres sujets importants et actuels dans son livre. Il y a un fort message féministe, et encore une fois, il est parfaitement bien écrit, avec beaucoup de douceur. Je ressent souvent des sentiments mitigés envers les féministes actuelles. Il y a énormément de travail à faire encore, mais souvent les discours sont violents, agressifs, et leur but semble être de placer la femme au-dessus de tout. C’est du moins ce que je ressens. Or je ne suis pas du tout d’accord avec cette vision des choses. Le combat féministe devrait selon moi avoir pour finalité que les femmes deviennent les égales des hommes. Sinon la situation serait juste inversée, et je ne vois pas où serait l’avancée. J’ai l’impression que c’est cette même vision qu’a eu envie de défendre l’autrice à travers son oeuvre. Il n’y a pas de combats ou de paroles violentes, juste des constats posés, des vérités révélées, et des réflexions commencées. Bien plus qu’une simple romance La fille qui danse est un constat sur la société actuelle. Lisa arrive à amener le lecteur à se questionner, sans le brusquer, toujours en douceur. Elle y parle de la nature par exemple, de la place qu’elle a, qu’elle a perdue, qu’elle devrait retrouver. Elle nous parle de ses bienfaits, de ce qu’elle peut nous apporter, de ce que nous pouvons lui rendre en échange, du respect qu’on devrait avoir pour elle. Ça aussi c’est un message très fort qui me parle, et auquel je suis sensible. J’ai aimé que l’autrice ait glissé une jolie habitude chez Aza, celle de toucher les arbres (et un peu tout ce qu’elle rencontre ^^), et de leur parler. Les arbres sont une jolie source d’énergie, et je suis contente de la place que leur a donné l’autrice dans son livre. Tous les thèmes, comme la liberté, l’amitié, la culpabilité, la tolérance et la paix, avec les autres ou intérieure, sont abordés avec délicatesse et beauté. Et plusieurs fois dans le roman j’ai eu les larmes aux yeux… Je vous mens. J’ai totalement pleuré à la fin en fait. Ce livre m’a émue aux larmes, et je ne me souviens plus de la dernière fois où c’étaitt arrivé.

Ce livre c’est l’amour et l’amitié avec un grand A. C’est la nature, la beauté, la danse. C’est une grande respiration. C’est l’air frais des montagnes, le parfum des fleurs et une nuit étoilée. C’est une parenthèse de beauté pure, du bonheur dans les mots, qui vous coupe efficacement du quotidien. Et au risque de me répéter, c’est merveilleux à lire. Il y a bien longtemps qu’un roman ne m’avait pas procuré autant d’émotions, et pour cela je ne peux que remercier Lisa, et vous inciter à lire ce concentré de liberté.

EN BREF : Ce roman est un coup de cœur, une claque que je n’ai pas vue venir. C’est l’une de plus belles histoires d’amour que j’ai lue, et j’ai été émue aux larmes, pour la première fois depuis longtemps. Mais La fille qui danse ce n’est pas que l’amour. C’est aussi un hymne à la paix, à la tolérance et à l’égalité. C’est un appel de la nature, une bouffée d’air frais qui fait du bien. Un livre magnifique.

Merci aux éditions Noir d’Absinthe de me l’avoir proposé, et de publier de telles œuvres. Et Merci à Lisa de m’avoir rappelé ce que pouvait procurer un livre.

La fille qui danse Fiche Livraddict

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s