La Voleuse des Toits – Laure Dargelos (Mise à jour PAI)

Nous entamons le troisième mois pour les chroniques du PAI, et c’est avec un immense plaisir que je vous parle de ce nouveau concurrent en imaginaire : La Voleuse des toits.

La Voleuse des toits est un roman fantastique qui mêle guerre ancestrale, héroïne rebelle, révolte souterraine et voyage dans le temps. Aventures, action, humour, amour, tout est réuni dans ce roman de 700 pages qui malgré la longueur se lit extrêmement bien, et vite grâce à un plume mature, un style fluide et maîtrisé et un rythme parfaitement dosé.

Laure a su parfaitement créer un univers riche, intéressant, mais également cohérent, compréhensible et harmonieux. Sans alourdir son style et son livre avec des descriptions incessantes l’autrice arrive parfaitement à nous dépeindre son monde, ses personnages, ses villes… Tout prend forme et se construit petit à petit dans notre esprit avec des bases très solides. J’avais l’impression de connaître parfaitement son univers et mon imagination s’est enflammée.

Les personnages sont très originaux et loin des stéréotypes des autres livres YA, et je les ai tous aimé. Oui tous. Ça n’arrive presque jamais un truc pareil non ^^? Plume est une jeune fille très intelligente, têtue, bornée, avec un sale caractère, mais elle est aussi drôle, gentille et elle a un grand cœur. Elle nous embarque avec elle et ses convictions deviennent vite les nôtres, et on veut se battre avec elle. Frédérion et son Sabre m’ont charmée. Un homme au grand cœur et son animal loufoque, qui est plus que ce que l’on voit au premier abord. Andréas qui est tellement plus profond que ce que l’on nous laisse croire. Dariel, cet artiste si courageux. Pipo, ce petit bout tellement adorable aux réflexions enchantées. Et Élias. Élias ! Ce personnage est si ambivalent. Taquin, charmeur, cruel, mais qui est-il réellement ? Est-ce un vrai méchant, ou est-il un personnage à la Rogue ? Oui Rogue ce personnage que tout le monde a détesté alors que j’étais persuadée depuis le début qu’il était gentil. Pour moi Élias est comme ça. Il y a de la gentillesse et un grand cœur derrière cette épée. C’est vraiment mon personnage préféré ! L’autrice a su développer tous les personnages, principaux ou secondaires, elle a su leur donner des caractères différents, des personnalités variées, et nous sommes obligés de les apprécier et nous les suivons avec bonheur dans leurs aventures respectives.

C’est un livre fantastique rempli d’aventures, mais il y a également une grande part réservée à la romance. Si j’avais peur qu’elle prenne trop de place et qu’elle gâche le roman, j’ai été agréablement surprise de la façon dont elle est traitée. Elle s’insinue subtilement dans l’histoire sans jamais tirer la couverture à elle. Elle n’est que rarement au premier plan et nous permet de nous concentrer surtout sur l’intrigue principale. Le couple concerné est tout à fait atypique et leurs sentiments s’expriment de manière assez maladroite, mais touchante, et connaît une fin en apothéose que je n’avais absolument pas vu venir.

Question rebondissements inattendus, Laure Dargelos est la grande gagnante. Lorsque l’histoire commence vous imaginez déjà les péripéties et la fin. Et bien autant vous dire que vous avez tout faux. La surprise se cache derrière chaque page. Vers le tiers du roman il se passe quelque chose, une chute disons, que je n’avais absolument pas imaginée. Mais pas du tout. J’en étais très loin. Le roman prend une direction très imprévisible, mais une direction géniale ! C’est à ce moment-là d’ailleurs que j’ai commencé à devenir à accro à ce roman et à vouloir savoir la suite à tout prix. Et ce n’est jamais fini. Cent pages avant la fin vous vous dîtes que l’histoire va se terminer, et vous vous demandez ce qu’il va bien pouvoir se passer pendant toutes ses pages. Et là : BAM ! Le bus. Une grosse claque encore. Un rebondissement tellement fou, qui tord et retord l’histoire, et qui envoie valser tout ce que vous aviez cru savoir et tout ce que vous imaginiez. Là encore toutes vos prédictions s’envolent. Et pendant les dernières pages tout s’affole. J’ai paniqué. Comment est-ce qu’on allait s’en sortir ? Tout se précipite, la situation est dans une impasse, quelle fin peut venir démêler tout ça, il ne reste que 30 pages ! Là encore une grosse surprise. J’avais pensé à quelque chose dans ce genre là mais Laure a dépassé toutes mes espérances et mes petites hypothèses. Et pourtant rien n’est bâclé. La fin est parfaite, tout en justesse et en émotion. La plume de Laure est magnifique. Elle est facile à lire, prenante et addictive. Pendant toutes ces pages je suis passée par beaucoup d’émotions. La surprise, la colère, la tristesse, et la joie. Laure n’a peur de rien, les drames, les morts, elle ose tout et son roman en est enrichi.

EN BREF : Ce livre est vraiment une pépite et je suis ravie de l’avoir découvert. C’est une oeuvre complète, dans un univers dystopique plein de magie, d’aventure, d’art, d’amitié et d’amour, mais aussi de combat et de courage. J’ai adoré ma lecture, je l’ai même savourée. C’est un véritable coup de cœur. Je ne vois aucun point négatif à ce roman, et j’espère que l’autrice et son oeuvre rencontreront le succès qu’ils méritent. Une merveille.

La Voleuse des toits.jpg Fiche sur Livraddict.

Cette chronique est réalisée dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2019. Suivez l’aventure sur le site officiel, Facebook, twitter ou instagram pour être informés de toutes les avancées de ce joli prix !

PAI 2019 Chroniqueur Imaginaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s